Le désert dans cette ville

Voici un texte que j’avais écris le 29 septembre 2008 que je repartage avec vous :

Le désert dans cette ville

Par Sergio de Rosemont

Nietzsche disait « Parfois ils sont eux-même ce désert ces civilisés. »

Il est vrai que souvent l’endroit où nous nous ressentons le plus souvent dans le désert soit dans une foule, parmi ceux que nous croyons être nos semblables.

Vous avez beau vous situer dans le centre-ville d’une métropole et ressentir d’avantage la solitude, que si vous étiez en plein milieu du Sahara dans le plus fort d’une tempête de sable au creux d’une nuit sans lune.

Voilà la sensation que vous pouvez ressentir face à ces citoyens qui ne savent, ou qui ne veulent vous comprendre !

C’est comme si les pigeons sembleraient vous accorder plus d’attention que ces soit-disant bien pensant.

Hélas, souvent le désert est beaucoup plus proche qu’on peut le croire !

Si vous me croyez pas, alors demandez à ce pigeon !

Publicités
Publié dans À travers la Société, Poésie | Laisser un commentaire

Qui représente qui ?

Parlons de représentation avec Francis Lagacé

Qui représente qui ?

21 juillet 2018

Quand j’étais enfant, il m’arrivait de « m’entraîner » à être aveugle au cas où cela m’arriverait un jour. Je fermais les yeux et tentais de me diriger dans l’espace environnant. J’essayais de m’habituer à me débrouiller en me privant du sens que la majorité fait primer sur tous les autres. Je n’aurais sans doute pas pu m’imaginer me priver de l’ouïe ou de l’odorat.

Récemment, me rappelant ces souvenirs enfouis au plus loin de ma mémoire, j’ai songé à écrire des textes qui feraient abstraction du sens de la vue en me demandant comment ils seraient reçus par des aveugles, qui pourraient les lire grâce au braille. Je me suis assez vite rendu compte que c’était un peu, pas mal absurde, car les aveugles à ma connaissance ne se privent pas des notations visuelles, du verbe voir, ni même des mentions de couleur.

De toute façon, la meilleure façon de faire cette expérience serait sans aucun doute de contacter des personnes aveugles et de correspondre avec elles puisqu’il y a des interfaces braille pour les ordinateurs. Cette correspondance pourrait ensuite être publiée. Nous n’en sommes plus au temps de la Lettre sur les aveugles de Diderot, celui-ci ayant quand même eu la sagesse de rapporter ses échanges avec des personnes aveugles et non de prétendre parler à leur place.

Puis, j’ai fait le lien avec certaines controverses actuelles en pensant aux Premières Nations, et aux rôles auxquels on les a sans cesse confinées dans les médias et dans les productions culturelles. Fait remarquable, un autochtone ne peut que jouer le rôle d’un autochtone à la télé, alors qu’un blanc peut interpréter tous les rôles. Un exemple très frappant étant la célèbre série Murdoch mysteries de CBC, dont je suis friand, où le seul acteur autochtone qui y soit apparu en 11 saisons jouait le rôle d’un autochtone, à qui l’entrée dans la police était absolument fermée.

Si encore aujourd’hui, le majoritaire peut occuper toutes les places alors que le minoritaire ne peut occuper que la sienne (celle qu’on lui assigne), il y a fort probablement quelque chose que nous n’avons pas encore compris.

LAGACÉ, Francis

«»—————————«»

SITE OFFICIEL DE FRANCIS LAGACÉ

Publié dans À travers la Société | Laisser un commentaire

Quand de jeunes Américains torpillent la machine de propagande israélienne

Je leur lève mon chapeau, BRAVO!

(les juifs dissidents de IfNotNow dimanche, au domicile de la famille Sumreen, menacée d’expulsion à Jérusalem)

Quand de jeunes Américains torpillent la machine de propagande israélienne

16 juillet 2018

Les jeunes juifs états-uniens du mouvement anti-occupation IfNotNow (« Maintenant ou jamais ») ont à nouveau frappé dimanche la machine d’endoctrinement israélienne, en torpillant l’un de ses principaux moyens, le programme dit « Birthright Israel ».

Le programme Birthright consiste à proposer à tout juif du monde entier âgé de 18 à 26 ans un voyage de 10 jours en Israël tous frais payés, le financement de l’opération étant notamment assuré par le magnat des casinos Sheldon Adelson, parrain de Trump et de Netanyahou.

L’intitulé même du programme est déjà une provocation, puisque « Birthright » veut dire « Droit de naissance », et qu’il s’agit donc de signifier à tout jeune juif qu’il a des droits –et par conséquent des devoirs- sur cette terre, là où ses habitants palestiniens n’en ont aucun.

Le déroulé des voyages est alors prévisible : démonstration des prouesses technologiques israéliennes, notamment militaires, passage au mémorial du génocide Yad Vashem, excursion sur le site de Massada où, selon certaines sources historiques, un groupe d’Hébreux se seraient collectivement suicidés il y a deux mille ans, plutôt que de subir le joug des conquérants romains… Le message est clair : pour être en sécurité, les juifs ont besoin d’un Etat fort, et ça tombe bien, avec Israël, ils l’ont.

Mais pas question de prendre le risque que ces jeunes gens soient trop curieux et aucun déplacement en Cisjordanie occupée –à l’exception, judaïsme oblige, d’une brève halte au Mur des Lamentations dans la Vieille Ville de Jérusalem- ne figure au programme. Pas plus que de rencontres avec des citoyens palestiniens d’Israël, supprimées par la direction de Birthright depuis quelque temps.

Birthright Israel est une énorme entreprise : ses dirigeants revendiquent l’envoi en Israël, chaque année, de dizaines de milliers de jeunes, très majoritairement en provenance des Etats-Unis, pays où vivent à peu près le même nombre –de 5 à 6 millions- de juifs qu’en Israël.

Mais la machine apparemment si bien huilée commence à se gripper.

A la différence de ce qui se passe en France, la mainmise de l’Etat israélien sur les organisations juives n’est plus totale aux Etats-Unis. L’AIPAC et autres équivalents américains du CRIF, même s’ils ont le monopole de la parole dans les institutions médiatiques et politiques, rencontrent de plus en plus de désapprobation dans la population d’origine juive outre-Atlantique.

La radicalisation à l’extrême-droite de la scène politique, qui s’accélère à la vitesse grand V en Israël, suscite en effet des interrogations croissantes au sein d’une partie de la jeunesse juive américaine, effectivement pratiquante, qui prend au sérieux les discours entendus dans leurs synagogues sur les valeurs d’humanisme et de solidarité entre opprimés associées au judaïsme.

Et qui constate que cela ne colle manifestement pas avec les pratiques barbares et brutales de ce qui est censé être « l’Etat des Juifs ».

Les réserves d’une partie de la communauté juive vis-à-vis d’Israël se sont accentuées au cours de la dernière période, en particulier depuis l’arrivée à la présidence de Donald Trump : voilà un homme raciste, sexiste et xénophobe, entouré d’une flopée de politiciens ouvertement antisémites, et qui n’a pourtant pas de meilleur allié que le gouvernement israélien, dont il satisfait toutes les exigences, à commencer par le transfert de l’ambassade des USA à Jérusalem.

C’est dans ce contexte que des mouvements juifs contestataires ont pris récemment leur essor aux Etats-Unis : la Jewish Voice for Peace (« Une voix juive pour la paix »), qui a rejoint la campagne internationale BDS, multiplie ainsi le nombre de ses adhérents.

IfNotNow, qui recrute dans la jeunesse estudiantine, a choisi de son côté de mettre à l’épreuve le programme Birthright, en s’adressant aux candidats sur le thème « Attention, ce n’est pas qu’une ballade tous frais payés ».

Le 18 juin dernier, cinq militants d’IfNotNow, qui sont aussi présents dans des organisations cultuelles, sont arrivés à l’aéroport JFK de New York où un groupe de jeunes s’apprêtaient à s’envoler pour Israël. Ils n’ont pas eu le temps de converser longtemps, puisque les encadrants de Birthright ont demandé à la police de chasser ces « mauvais juifs ». Mais cela a été du plus mauvais effet sur les participants, qui ont compris à quoi il faudrait s’en tenir dès qu’ils mettraient le pied dans « leur » pays : silence dans les rangs !

Et IfNotNow a trouvé mieux : pour la deuxième fois depuis le début du mois, 8 des participants ont lâché dimanche la visite guidée organisée par Birthright dans le « parc de la Cité de David », une entreprise qui, sous couvert d’archéologie biblique, sert à expulser les Palestiniens de Jérusalem. Ils sont ensuite rendus au domicile d’une famille palestinienne du quartier de Silwan, précisément menacée d’expulsion par le « Fonds National Juif », l’organisation qui chapeaute ces activités de dépossession des Palestiniens. Les vidéos de ces jeunes sur les réseaux sociaux ont été vues des centaines de milliers de fois.

Il y a deux semaines, un autre groupe, lui aussi composé de militants d’IfNotNow, a interrompu le programme officiel, reprochant à Birthright de faire silence sur l’occupation, et a convaincu d’autres participants de venir avec eux à Hébron, où les colons et l’armée imposent un enfer à la population palestinienne. Dans chacun des deux cas, les militants d’IfNotNow s’étaient coordonnés, en avance, avec des organisations israéliennes anti-occupation.

« On a essayé, depuis notre arrivée, de poser des questions sur la situation politique et d’avoir une discussion sur l’occupation, mais on s’est heurté à une stricte fin de non recevoir. Birthright ne veut pas qu’on voit la réalité. On nous ment, en nous donnant par exemple des cartes d’Israël où les contours de la Cisjordanie ne figurent même pas. Alors nous avons décidé de voir la réalité de l’occupation par nous-mêmes. », déclare l’une de ces « refuzniks » d’un nouveau genre, Becky Wasserman, 26 ans, de Boston.

« Breaking the Silence », une organisation d’anciens soldats repentis et qui se dédie maintenant à dénoncer l’occupation, a contribué au déplacement des dissidents à Hébron.

« Birthright ne peut plus jouer à montrer à ces jeunes une Tel Aviv libérale, tandis qu’à quelques kilomètres de là, nous imposons un régime militaire à des millions de Palestiniens. Et ce qui est encore plus certain, c’est qu’ils ne peuvent pas demander aux juifs du monde un soutien inconditionnel à Israël, tout en leur interdisant de voir la réalité de ce qu’ils sont censés soutenir », a déclaré son porte-parole.

Birthright ne sait pour le moment pas trop quoi faire, sauf à espionner plus systématiquement la jeunesse juive américaine et à établir de véritables listes de « juifs traîtres », auxquels l’inscription au voyage sera désormais interdite.

En attendant, ces auxiliaires du régime d’apartheid ont décidé de frapper les jeunes au portefeuille, en annulant leurs billets d’avion de retour aux Etats-Unis, et en confisquant le dépôt qui leur avait été demandé lors des inscriptions.

Mais les ennuis de cette officine nauséabonde ne font sans doute que commencer.

CAPJPO-EuroPalestine

INFORMATION PRISE ICI
www.europalestine.com/spip.php?article14508

Publié dans Côté international, PAJU, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

Ce mardi 17 juillet 2018 le PAJU était au Cinéma sous les étoiles

Voir les photos suite à l’article

Des nouvelles de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) :

Ce mardi 17 juillet 2018 le PAJU était au Cinéma sous les étoiles

Par Sergio de Rosemont

Ce mardi 17 juillet 2018 « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » était au Cinéma sous les étoiles

Le film à l’affiche était le documentaire « Une terre sans frontière ».

Descriptif du film :

Récit de voyage de Nir Baram, un écrivain israélien qui parcourt les territoires occupés pour évaluer la possibilité des «deux États pour deux peuples». Au fil de ses rencontres, ses espoirs pour une solution pacifique au conflit israélo-palestinien vacillent.

La projection se tenait au Parc Pélican au coin de la rue Masson et de la 1ère Ave dans le Vieux-Rosemont.

Suite à la projection Bruce Katz co-président de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » a échangé avec le public présent sur le sujet du film.

Bruce en a profité pour parler de l’entente scandaleuse entre « Hydro Québec » et « Israel Electric ».

Encore une fois j’aimerais féliciter l’équipe de Funambules Média pour leur bon travail.

«»———————————-«»

VOICI UN ARTICLE COMPLÉMENTAIRE :
Campagne « Coupons le courant entre Hydro et Israel Electric! »
www.bdsquebec.ca/?page_id=397

—————————–

POUR SIGNER LA PÉTITION :
Coupons le courant entre Hydro et Israel Electric!
secure.avaaz.org/fr/petition/HQ_IEC_partnership_agreement_fr/

«»———————————-«»

POUR PLUS D’INFORMATIONS :

cinemasouslesetoiles.org

info@funambulesmedia.org

«»———————————-«»

Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) est une organisation de défense des droits de la personne. Nous reconnaissons explicitement le droit du peuple palestinien à une existence nationale ainsi que le droit de ce peuple à vivre en sécurité. Nous sommes contre toutes violations de droits humains. Le PAJU a été fondé à Montréal par Bruce Katz, un juif canadien et par Rezeq Faraj un canadien d’origine palestinienne. Bruce et Rezeq sont des amis depuis plus de 25 ans.

Notre groupe est composé de juifs, de Palestiniens et de Canadiennes et Canadiens. Nous travaillons ensemble pour la promotion de la paix au Moyen-Orient ainsi qu’à l’éducation du public concernant la question palestinienne.

«»—————————–«»

La charte de PAJU

Telle que modifiée lors de l’assemblée générale de PAJU, le 28 septembre 2008, au 1600, rue Delorimier, à Montréal.

1 – PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) est une organisation non gouvernementale et non violente dont la mission est de défendre les Palestiniens et les Israéliens en ce qui a trait aux droits de la personne et aux droits civiques.

2 – PAJU reconnaît formellement le droit à l’existence des populations israélienne et palestinienne, ainsi que leur droit de vivre en sécurité.

3 – PAJU se donne pour mission de contribuer à l’établissement d’une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

4 – PAJU condamne toute violation des droits de la personne.

5 – PAJU affirme que le conflit israélo-palestinien peut et doit être résolu par l’application du Droit international tel qu’il s’exprime dans les quatre conventions de Genève, dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et toutes les résolutions des Nations Unies qui s’appliquent.

6 – État palestinien : PAJU soutient le droit du peuple palestinien à l’autodétermination et appuiera toutes les décisions prises en ce sens.

7 – En ce qui concerne l’occupation : PAJU soutient le droit du peuple palestinien à résister à l’occupation israélienne, selon le Droit international.

8 – PAJU reconnaît que l’occupation israélienne est une cause fondamentale de la violence existant entre Israéliens et Palestiniens.

9 – PAJU appuie les résolutions 242, 338 et 181 des Nations Unies et les recommandations de la IVème Convention de Genève. Par conséquent, PAJU exige qu’Israël évacue définitivement tous les territoires occupés depuis 1967.

10 – En ce qui concerne les colonies : PAJU soutient la IVème Convention de Genève, dont les principes exigent qu’Israël évacue définitivement toutes les colonies de peuplement et tous les colons israéliens de tous les territoires occupés en 1967.

11 – En ce qui concerne Jérusalem Est : PAJU soutient la création d’un État palestinien indépendant et laïque ayant pour capitale Jérusalem Est, celle-ci étant partie intégrante des territoires palestiniens illégalement occupés en 1967.

12 – PAJU reconnaît la signification particulière de Jérusalem pour les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans. Nous affirmons qu’aucune communauté religieuse ne devrait bénéficier d’une position privilégiée à Jérusalem; de même, personne ne devrait se voir refuser l’accès aux lieux saints de Jérusalem du fait de sa religion.

13 – En ce qui concerne les réfugiés : PAJU affirme que la question des réfugiés palestiniens doit être résolue selon les principes stipulés dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies – clause , qui engage tous les pays membres des Nations Unies, y compris Israël.

14 – En ce qui concerne le Droit de retour : PAJU affirme que le Droit de retour des Palestiniens, tel que reconnu par la résolution 194 des Nations Unies et par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, est un droit individuel que détiennent tous les Palestiniens déplacés ou exilés. Eux seuls disposent de ce droit, qui ne peut leur être retiré par quiconque. L’application du Droit de retour doit faire partie d’un accord négocié de paix juste et durable pour tous.

15 – En ce qui concerne la compensation : PAJU affirme que tous les réfugiés palestiniens devront recevoir une pleine compensation pour leurs pertes matérielles et leurs souffrances physiques et morales, basée sur des précédents clairement établis par la jurisprudence internationale. Les Palestiniens ne retournant pas à leur propriété d’origine devront recevoir une pleine compensation pour leurs pertes et ce, qu’ils décident ou non de retourner en Israël ou en Palestine.

16 – PAJU affirme qu’à défaut d’une juste solution apportée à la situation des réfugiés – y compris les compensations – la question palestinienne ne pourra être résolue de façon juste et définitive.

17 – Autres matières sujettes à négociation : Toutes les autres questions en souffrance telles que la question de l’eau, le sort des prisonniers politiques et le développement humain et économique – entre autres, la lutte continuelle contre le racisme -, devront être résolues à la table des négociations, entre égaux.

18 – Assistance aux réfugiés Palestiniens : PAJU se consacre à l’aide aux réfugiés palestiniens dans la lutte quotidienne qu’ils mènent pour leur survie, jusqu’à ce que des accords de paix soient établis, accords auxquels les réfugiés palestiniens et leurs représentants devront pouvoir adhérer librement.

19 – Sensibilisation du public à ces questions : PAJU se donne pour mission d’utiliser toutes les tribunes à sa disposition afin de promouvoir la paix et la justice sociale pour toutes les communautés de la région concernée, par la poursuite des objectifs précédemment mentionnés.

20 – En ce qui concerne les Palestiniens d’Israël : Plus de 1 200 000 Palestiniens vivent en Israël. PAJU dénonce la politique discriminatoire employée par Israël à l’égard de ses citoyens palestiniens. PAJU demande de la part du gouvernement d’Israël une application égale de toutes les lois et un respect de tous les droits de tous ses citoyens sans distinction.

SOURCE : pajumontreal.org/paju_fr/?/20/

«»—————————–«»

POUR PLUS D’INFORMATION :

SITE DU PAJU MONTRÉAL
www.pajumontreal.org

SUR FACEBOOK : Les AmiEs du PAJU
www.facebook.com/groups/1690522170992468

«»———————————-«»

VOICI LES PHOTOS DE LA SOIRÉE :

P.S: Vu que pour l’instant je met mes photos sur Facebook et vu que Facebook aime bien à l’occasion changer l’adresse URL des photos, en cas où qu’un tel changement surviendrait à mes photos voici l’adresse de mon article en version Facebook :
www.facebook.com/serge.rosemont.7/media_set?set=a.25219392550

P.S: Certains visages ont été brouillés question de protéger l’anonymat de ces personnes.

AGRANDIR

Une photo souvenir Bruce Katz co-président de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) et votre hôte Sergio de Rosemont membre du CA de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU)

AGRANDIR

Bruce Katz avec la militante Nelly Marquez de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU).

AGRANDIR

Oui nous sommes bien au « Cinéma sous les étoiles ».

AGRANDIR

Et ce soir le film est « Une terre sans frontière ».

AGRANDIR

Les rosemontoisEs commencent à prendre place.

AGRANDIR

Voilà ca commence sous peu.

AGRANDIR

Martin Fontaine un militant de la cause Palestinienne est venu se joindre à nous.

AGRANDIR

Voilà la projection de « Une terre sans frontière » commence.

AGRANDIR

L’animatrice Elodie Comtois a présenté Bruce Katz co-président de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » qui a échangé avec le public présent sur le sujet du film.

Bruce en a profité pour parler de l’entente scandaleuse entre « Hydro Québec » et « Israel Electric ».

AGRANDIR

Bruce Katz co-président de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » a échangé avec le public présent sur le sujet du film.

Bruce en a profité pour parler de l’entente scandaleuse entre « Hydro Québec » et « Israel Electric ».

Nelly est proche de Bruce en soutien.

AGRANDIR

Bruce Katz co-président de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » a échangé avec le public présent sur le sujet du film.

Bruce en a profité pour parler de l’entente scandaleuse entre « Hydro Québec » et « Israel Electric ».

AGRANDIR

Bruce Katz co-président de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » a échangé avec le public présent sur le sujet du film.

Bruce en a profité pour parler de l’entente scandaleuse entre « Hydro Québec » et « Israel Electric ».

AGRANDIR

Bruce Katz co-président de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » a échangé avec le public présent sur le sujet du film.

Bruce en a profité pour parler de l’entente scandaleuse entre « Hydro Québec » et « Israel Electric ».

AGRANDIR

Mardi le 24 juillet le film sera « La partdu diable ».

Publié dans PAJU | Laisser un commentaire

L’ « accord ultime » que Jared Kushner propose pour la Palestine dépouillerait les gens de toute leur dignité

Par Robert Fisk

L’ « accord ultime » que Jared Kushner propose pour la Palestine dépouillerait les gens de toute leur dignité

Date de publication : 2018-07-13

Les Palestiniens n’ont-ils pas été assez humiliés? Après Oslo, après la « Solution à deux États », après les années de l’occupation israélienne de la « Zone A » et de la « Zone C » définissant sous quel type d’occupation les Palestiniens doivent vivre, après la vaste colonisation juive des terres volées de leurs propriétaires arabes, après les massacres de Gaza et la décision de Trump de faire de tout Jérusalem la capitale d’Israël, va-t-on demander aux Palestiniens de se contenter d’argent et d’un village misérable? Ne devrait-on avoir au moins un minimum de honte?

Car les Palestiniens vont bientôt recevoir le « marché ultime » : un village pitoyable comme capitale, pas de fin à la colonisation, pas de sécurité, pas d’armée, pas de frontières indépendantes, pas d’unité territoriale en échange d’une énorme somme d’argent, des milliards de dollars et d’euros. Après trois guerres arabo-israéliennes, des dizaines des milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Jared Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens vont se contenter d’argent?

N’a-t-il jamais remarqué que les Palestiniens qui ont protesté et souffert et sont morts et ont perdu leurs terres depuis 70 ans n’ont pas manifesté dans leurs rues pour de meilleures routes, des zones hors-taxes ou un autre aéroport? Est-ce qu’il pense que les gens de Gaza sont allés dans leurs rues et ont marché vers la barrière frontalière mortelle parce qu’ils exigent de nouvelles cliniques prénatales? Comment peut-il humilier tout un peuple arabe en suggérant que leur liberté, souveraineté, indépendance, dignité, justice et leur sens de la nation sont simplement des « points de discussion des politiciens »? N’y aura-t-il pas de fin à cette folie?

Les détails qui émergent de l’« accord ultime » de Trump-Kushner dans les journaux israéliens – le vénérable Haaretz en tête – est que les Palestiniens devront abandonner Jérusalem-Est comme capitale d’une future Palestine, qu’Israël se retirera d’une poignée de villages à l’est et au nord de Jérusalem – le misérable Abu Dis parmi eux, pour créer une « capitale » Potemkin, mais qu’Israël restera pour toujours dans l’Ancienne Ville. Qu’un état palestinien sera complètement démilitarisé (on oublie la question de « sécurité »), mais que chaque colonie juive construite illégalement sur des terres pour les Juifs, et les Juifs seulement, restera, et qu’Israël contrôlera toute la vallée du Jourdain. Le droit de Retour? Oubliez ça.

Et tout cela pour des milliards de dollars dans des projets d’infrastructure, une zone commerciale libre à Al Arish dans le Sinaï, un déversement d’argent en Cisjordanie, un nouveau leadership palestinien, on sortira Mahmoud Abbas, corrompu, arrogant, sénile et dictatorial dont le leadership ne promeut « aucune idée » et qui n’a mis de l’avant aucun « effort ayant des chances de succès » (ce dernier constat de Kushner, bien sûr) en faveur d’un homme nouveau et pragmatique qui le fera (la pensée davantage délirante) en étant encore plus souple, plus épris de paix et plus rampant qu’Abbas lui-même.

Toutes ces absurdités dépendent à la fois des largesses de l’Arabie saoudite dont l’incompétent prince héritier semble batailler avec son père royal parce que ce dernier ne veut pas abandonner l’initiative saoudienne originale d’un état palestinien ayant Jérusalem comme capitale ajoutée à la faiblesse du roi Abdallah de Jordanie, soumis aux diktats financiers imposés par le FMI, ce qui a provoqué des émeutes et la chute de son gouvernement, et enfin au soutien du maréchal/président de l’Égypte qui sera heureuse d’imposer sa loi et des avantages financiers à la frontière égypto-palestinienne de Gaza. De plus, il n’y aurait pas de réel contact entre Gaza et la Cisjordanie. Il semblerait que le Hamas a été oublié.

Faut-il en rire ou en pleurer? Quand Trump a déplacé l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem au milieu des massacres à Gaza, le monde entier criait en colère, mais tout est redevenu silencieux. L’écran partagé passant de l’adulation diplomatique et la tuerie de masse, à une distance d’à peine cent miles entre les deux, a en quelque sorte normalisé la combinaison de la mort et de l’injustice dans le conflit arabo-israélien.

Il y a quelque chose d’étrange, de presque comique, à propos des photographies de ces « artisans de la paix » diplomatique de l’Amérique, assis autour du premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou. En Occident, nous choisissons avec raison de ne pas souligner l’origine religieuse ou ethnique de ces hommes. Mais les Israéliens, le philosophe Uri Avnery, et Haaretz le font remarquer: tous sont juifs, au moins deux d’entre eux sont des partisans enthousiastes de la colonisation israélienne des terres de la Cisjordanie palestinienne, y compris l’ambassadeur des États-Unis en Israël qui a taxé le groupe de lobby juif modéré J Street de « pire que des kapos ».

N’était-il pas possible, dans l’ensemble du corps diplomatique américain ou de « conseillers » américains de trouver même un musulman américain qui se joigne à cette équipe? Est-ce que ces « artisans de la paix » ne pouvaient bénéficier d’une seule voix d’un homme ou d’une femme qui partageait la même foi que l’« autre » moitié du projet de paix israélo-arabe?

Mais non. Cela n’aurait pas non plus eu d’importance. Abbas a rompu toute relation diplomatique avec la Maison-Blanche depuis la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale israélienne par Trump, et il a retiré son ambassadeur à Washington. L’« Accord ultime » d’origine, l’accord d’Oslo, même s’il était un calice empoisonné suivi d’une série de mini retraits suivis d’autres retraits et d’autres occupations et des conférences ad hoc « antiterroristes » ne représente maintenant que l’humiliation absolue des Palestiniens: sans Jérusalem-Est, sans fin à la colonisation, sans une reconnaissance du Droit de Retour, sans État, sans futur. Juste de l’argent.

Adapté de : www.independent.co.uk/voices/palestine-jared-kushner-ultimate-plan-israel-donald-trump-jerusalem-right-to-return-a8420836

DISTRIBUÉ PAR PAJU (PALESTINIENS ET JUIFS UNIS)

WWW.PAJUMONTREAL.ORG

INFORMATION PRISE ICI
www.pajumontreal.org/paju_fr/?/QUE-CESSE-L-OCCUPATION-PAJU-No-907-15-juillet

Publié dans Côté international, PAJU, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

C’était la vente trottoir sur la Ste-Catherine et,…,.

Voir les photos suite à l’article.

Des nouvelles du PAJU :

C’était la vente trottoir sur la Ste-Catherine et,…,.

Par Sergio de Rosemont

Ce samedi 14 juillet 2018 c’était la vente trottoir sur la Ste-Catherine et l’équipe de « Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) » y tenait une vigile.

L’équipe était située au coin des rues Ste-Catherine Ouest et McGill College.

Le but étant de tenir une vigile afin de conscientiser le public sur la situation infernale imposée au peuple Palestinien par cet Apartheid israélien.

L’équipe en a profité pour distribuer des tracks.

Le seul détail que j’ai trouvé navrant de la part d’une des représentantes de l’association des marchands qui a tenté de nous empêcher de tenir vigile.

Elle était accompagnée de 3 agents de sécurité d’une entreprise privée et de cadets de la police comme pour tenté de nous impressionner, mais lorsque les agents de l’ordre sont arrivés sur place, ils sont confirmé notre droit à y tenir une vigile.

L’important c’est de conscientiser le plus de gens possible sur la situation de survie des Palestiniens de Gaza devant cet Apartheid du gouvernement israélien.

En terminant je tiens à féliciter Bill Sloan pour son excellent travail de négociation et de défense de notre droit d’expression avec la représentante des commerçants des agents de sécurité et des agents de l’ordre.

«»—————————–«»

Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) est une organisation de défense des droits de la personne. Nous reconnaissons explicitement le droit du peuple palestinien à une existence nationale ainsi que le droit de ce peuple à vivre en sécurité. Nous sommes contre toutes violations de droits humains. Le PAJU a été fondé à Montréal par Bruce Katz, un juif canadien et par Rezeq Faraj un canadien d’origine palestinienne. Bruce et Rezeq sont des amis depuis plus de 25 ans.

Notre groupe est composé de juifs, de Palestiniens et de Canadiennes et Canadiens. Nous travaillons ensemble pour la promotion de la paix au Moyen-Orient ainsi qu’à l’éducation du public concernant la question palestinienne.

«»—————————–«»

La charte de PAJU

Telle que modifiée lors de l’assemblée générale de PAJU, le 28 septembre 2008, au 1600, rue Delorimier, à Montréal.

1 – PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) est une organisation non gouvernementale et non violente dont la mission est de défendre les Palestiniens et les Israéliens en ce qui a trait aux droits de la personne et aux droits civiques.

2 – PAJU reconnaît formellement le droit à l’existence des populations israélienne et palestinienne, ainsi que leur droit de vivre en sécurité.

3 – PAJU se donne pour mission de contribuer à l’établissement d’une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

4 – PAJU condamne toute violation des droits de la personne.

5 – PAJU affirme que le conflit israélo-palestinien peut et doit être résolu par l’application du Droit international tel qu’il s’exprime dans les quatre conventions de Genève, dans la Charte des Nations Unies, la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et toutes les résolutions des Nations Unies qui s’appliquent.

6 – État palestinien : PAJU soutient le droit du peuple palestinien à l’autodétermination et appuiera toutes les décisions prises en ce sens.

7 – En ce qui concerne l’occupation : PAJU soutient le droit du peuple palestinien à résister à l’occupation israélienne, selon le Droit international.

8 – PAJU reconnaît que l’occupation israélienne est une cause fondamentale de la violence existant entre Israéliens et Palestiniens.

9 – PAJU appuie les résolutions 242, 338 et 181 des Nations Unies et les recommandations de la IVème Convention de Genève. Par conséquent, PAJU exige qu’Israël évacue définitivement tous les territoires occupés depuis 1967.

10 – En ce qui concerne les colonies : PAJU soutient la IVème Convention de Genève, dont les principes exigent qu’Israël évacue définitivement toutes les colonies de peuplement et tous les colons israéliens de tous les territoires occupés en 1967.

11 – En ce qui concerne Jérusalem Est : PAJU soutient la création d’un État palestinien indépendant et laïque ayant pour capitale Jérusalem Est, celle-ci étant partie intégrante des territoires palestiniens illégalement occupés en 1967.

12 – PAJU reconnaît la signification particulière de Jérusalem pour les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans. Nous affirmons qu’aucune communauté religieuse ne devrait bénéficier d’une position privilégiée à Jérusalem; de même, personne ne devrait se voir refuser l’accès aux lieux saints de Jérusalem du fait de sa religion.

13 – En ce qui concerne les réfugiés : PAJU affirme que la question des réfugiés palestiniens doit être résolue selon les principes stipulés dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme des Nations Unies – clause , qui engage tous les pays membres des Nations Unies, y compris Israël.

14 – En ce qui concerne le Droit de retour : PAJU affirme que le Droit de retour des Palestiniens, tel que reconnu par la résolution 194 des Nations Unies et par la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, est un droit individuel que détiennent tous les Palestiniens déplacés ou exilés. Eux seuls disposent de ce droit, qui ne peut leur être retiré par quiconque. L’application du Droit de retour doit faire partie d’un accord négocié de paix juste et durable pour tous.

15 – En ce qui concerne la compensation : PAJU affirme que tous les réfugiés palestiniens devront recevoir une pleine compensation pour leurs pertes matérielles et leurs souffrances physiques et morales, basée sur des précédents clairement établis par la jurisprudence internationale. Les Palestiniens ne retournant pas à leur propriété d’origine devront recevoir une pleine compensation pour leurs pertes et ce, qu’ils décident ou non de retourner en Israël ou en Palestine.

16 – PAJU affirme qu’à défaut d’une juste solution apportée à la situation des réfugiés – y compris les compensations – la question palestinienne ne pourra être résolue de façon juste et définitive.

17 – Autres matières sujettes à négociation : Toutes les autres questions en souffrance telles que la question de l’eau, le sort des prisonniers politiques et le développement humain et économique – entre autres, la lutte continuelle contre le racisme -, devront être résolues à la table des négociations, entre égaux.

18 – Assistance aux réfugiés Palestiniens : PAJU se consacre à l’aide aux réfugiés palestiniens dans la lutte quotidienne qu’ils mènent pour leur survie, jusqu’à ce que des accords de paix soient établis, accords auxquels les réfugiés palestiniens et leurs représentants devront pouvoir adhérer librement.

19 – Sensibilisation du public à ces questions : PAJU se donne pour mission d’utiliser toutes les tribunes à sa disposition afin de promouvoir la paix et la justice sociale pour toutes les communautés de la région concernée, par la poursuite des objectifs précédemment mentionnés.

20 – En ce qui concerne les Palestiniens d’Israël : Plus de 1 200 000 Palestiniens vivent en Israël. PAJU dénonce la politique discriminatoire employée par Israël à l’égard de ses citoyens palestiniens. PAJU demande de la part du gouvernement d’Israël une application égale de toutes les lois et un respect de tous les droits de tous ses citoyens sans distinction.

SOURCE : pajumontreal.org/paju_fr/?/20/

«»—————————–«»

POUR PLUS D’INFORMATION :

SITE DU PAJU MONTRÉAL
www.pajumontreal.org

SUR FACEBOOK : Les AmiEs du PAJU
www.facebook.com/groups/1690522170992468

«»—————————–«»

VOICI LES PHOTOS DE LA VIGILE :

P.S: Vu que pour l’instant je met mes photos sur Facebook et vu que Facebook aime bien à l’occasion changer l’adresse URL des photos, en cas où qu’un tel changement surviendrait à mes photos voici l’adresse de mon article en version Facebook :
www.facebook.com/serge.rosemont.7/media_set?set=a.24966269242946

AGRANDIR

L’équipe était située au coin des rues Ste-Catherine Ouest et McGill College.

AGRANDIR

Nelly distribuant des tracks du PAJU.

AGRANDIR

Votre hôte Sergio de Rosemont avec la bannière de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU).

AGRANDIR

L’équipe de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU).

AGRANDIR

Votre hôte Sergio de Rosemont distribuant des tracks du PAJU.

AGRANDIR

La représentante des commerçants était accompagnée de 3 agents de sécurité d’une entreprise privée et de cadets de la police comme pour tenté de nous impressionner.

Désolé Madame mais ca en prend beaucoup plus pour impressionner notre ami Bill Sloan.

AGRANDIR

Et lorsque les agents de l’ordre sont arrivés sur place, ils ont confirmé notre droit à y tenir une vigile.

AGRANDIR

Une photo souvenir Chadi Marouf co-président de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU) avec votre hôte Sergio de Rosemont.

Je tiens à remercier André Querry pour cette excellente photo.

AGRANDIR

Le militant André Querry est venu nous rendre une petite visite.

AGRANDIR

Voici le track distribué par l’équipe du PAJU.

{ RECTO }

AGRANDIR

Voici le track distribué par l’équipe du PAJU.

{ VERSO }

Publié dans PAJU | Laisser un commentaire

Je peinture cette feuille.

Voici un texte que j’avais écris le 19 août 2010 que je repartage avec vous

Je peinture cette feuille.

Par Sergio de Rosemont

Je peinture cette feuille blanche de mes pensée, de mes idées.

De mes espoirs et de mes désespoirs.

De mes joies, et de mes colères.

De mes attentes et de mes désillusions.

Je peinture cette feuille des réalités que je vois et entend.

Des fois ma plume écrit de cette encre rouge sang, couleur de cette violence et de ces crimes commis sur cette planète contre ces peuples, ces Palestiniens,ces Roms et sur tous ces autres peuples infligés par l’imbécillité humaine.

Des fois ma plume écrit à l’encre verte en pensant à cette Mère Nature que nous immolons chaque jour sur l’Autel de la Cupidité du Profit.

Ma plume écrit aussi à l’encre bleue en souvenir de ces océans, origine de toutes formes de vies que empoisonnons à chaque instant.

Ma plume écrit à l’encre d’or en pensant à toute cette arrogance narcissique de ces Rois Bâtards du Capital.

Ma plume écrit à l’encre brune, brune comme le fumier lorsqu’elle pense à tous ces Politiciens Judas Vendus à ces Rois Bâtards et broutant l’herbe toxique de ces mêmes Rois Bâtards.

Et ma plume écrit d’une encre rouge feu, couleur de la rebelliance lorsqu’elle pense à tous ces rebelles ayant le courage de se tenir debout face à ces Rois Bâtards.

Mais surtout ma plume écrit en crachant l’acide lorsque je ressens cette colère, cette dans mes entrailles.

Cette révolte pulsant aux battements de cette colère hystérique de mon coeur lorsque mes yeux voient et que mes oreilles entendent toute cette réalité dirigée par l’iniquité, l’injustice, le mépris ainsi que le mensonge.

Dans ce royaume des Rois Bâtards, comment ne pas ressentir cette révolte et comment ne pas en devenir rebelle ?

Comment ne pas être dans le camps rebelle et être capable de ce regarder dans ce miroir sans honte ?

Comment ne pas brandir le pavillon de cette rebelliance et comment ne pas lever l’épée rebelle ?

Oui j’ai bu dans cette coupe amère de la révolte et j’en reboirez !

Publié dans Ma pensée politique, poésie politique de Sergio | Laisser un commentaire