Ces légendes urbaines frelatées qu’on colporte sur Québec solidaire

Laissons Paul Cliche remettre les pendules à l’heure !

Ces légendes urbaines frelatées
qu’on colporte sur Québec solidaire

Dans ses chroniques où il a reproché à Québec solidaire, ces jours derniers, de s’être fait trop discret dans le débat sur la pièce SLAV, Claude Villeneuve, directeur des Opinions au Journal de Montréal-Québec, a fait certaines affirmations s’apparentant aux légendes urbaines frelatées que certains colportent sur Québec solidaire pour en donner une image défavorable. Dans ses récents écrits, il a enfourché deux dadas préférés des adversaires de Québec solidaire.

Le premier a trait à l’épisode où QS aurait envisagé de bannir le mot «patrimoine». Effectivement, une instance du parti a présenté cette proposition au congrès de décembre 2017. Mais ce dernier ne l’a pas retenue en disposant après quelques minutes de débat seulement. Je peux en témoigner car j’étais sur place à ce moment-là. Dans les jours précédents, cette proposition avait pourtant été jugée sérieuse  par la ministre libérale Hélène David qui avait déclaré qu’elle méritait d’être discutée. Cela n’a pas empêché plusieurs médias d’en faire leurs choux gras limitant leur couverture du congrès à cette question. Ils ont ainsi occulté les sujets pour lesquelles ces assises avaient été convoquées: la fusion avec Option nationale et l’élaboration de la plateforme électorale.

La deuxième porte sur le refus par Québec solidaire de ce qu’on a appelé la ‘convergence’ avec le Parti québécois qui était en réalité une offre faite par le chef péquiste Jean-François Lisée de conclure des pactes électoraux afin de permettre au PQ de reprendre le pouvoir en 2018. Cette proposition a été rejetée massivement par le congrès que le parti a tenu en mai 2017; et ce pour plusieurs raisons.

Sur le plan stratégique d’abord, QS n’aurait pas retiré d’avantages d’une alliance électorale de ce type car il aurait dû renoncer notamment à faire acte de candidature dans les deux circonscriptions où il a les meilleures chances de faire des gains qui sont représentées maintenant par des députés péquistes, soit Maisonneuve où il est en avance dans les sondages depuis plusieurs mois et Rosemont où la lutte avec le chef péquiste est serrée.

On estime également qu’une telle alliance aurait mis en péril la vie du parti. En effet, QS n’aurait pas pu faire acte de candidature dans les 30 circonscriptions péquistes actuelles. De plus, il aurait du en céder de 20 à 30 autres, où les majorités libérales ou caquistes ont été les moins élevées en 2014, pour permettre au PQ de former un gouvernement majoritaire. Sauf Laurier-Dorion, il ne serait donc resté à QS que des circonscriptions pratiquement imprenables. Ainsi, le parti se serait vite disloqué pour être absorbé par le PQ. Et on ose se scandaliser parce que les délégués au congrès de QS ne sont pas tombés dans un tel piège à ours !

Le néolibéralisme et la politique identitaire

Des raisons plus fondamentales encore ont incité Québec solidaire à ne pas mordre à l’hameçon péquiste. Le parti, issu d’une démarche d’unification de la gauche politique remontant à 1995, se voit avant tout comme l’alternative aux politiques néolibérales pratiquées depuis 30 ans au Québec aussi bien par les gouvernements péquistes que libéraux, aussi bien que par un éventuel gouvernement caquiste. Il ne faut pas oublier non plus que Lisée a été un des principaux promoteurs de l’accord de libre-échange canado-européen qui est un des fruits les plus pervers du néolibéralisme.

L’autre principal point de rupture de rupture d’avec le PQ est le virage identitaire que ce dernier a pris pour ne pas se faire couper l’herbe sous les pieds par la CAQ. On a constaté comment sont profondes les cicatrices laissées par la charte des valeurs du gouvernement Marois. Mais depuis qu’il est chef Lisée a continué à jouer la même carte identitaire allant jusqu’à vouloir interdire le port de signes religieux pour les enseignants. Il s’est même prononcé en faveur d’une loi éventuelle ramenant les principaux éléments de la charte de 2014. Heureusement, les membres de son caucus l’ont rappelé à l’ordre.

La mobilisation laisse prévoir une remontée des sondages

Dans sa chronique, M. Villeneuve signale également que Québec solidaire plafonne dans les sondages après avoir connu une embellie après l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois. Mais plusieurs indices laissent prévoir une remontée significative d’ici la fin de la campagne électorale.

Ainsi, au chapitre de la mobilisation, plus de 4, 000 sympathisants ont participé, ce printemps, aux quatre grands rassemblements que Québec solidaire a tenus à Sherbrooke, Rouyn-Noranda, Québec et Montréal. C’est tout un exploit car aucun des trois autres partis n’a organisé d’assemblées de masse jusqu’ici. Pourtant les médias ont très peu diffusé de nouvelles à ce sujet. Dans le cas du rassemblement de Montréal, auquel quelque 2 300 personnes ont participé, on a même été affligé d’un black-out médiatique total pendant que les nouvelles candidatures caquistes et libérales faisaient les manchettes.

Jusqu’ici, les associations locales de circonscriptions de Québec solidaire ont choisi plus de 110 des 125 candidates et candidats qui brigueront les suffrages. Leur choix s’est fait lors d’assemblées d’investiture auxquelles, estime-t-on, plus de 4 000 membres et sympathisants ont participé. Sur le plan démocratique c’est donc bien différent de la CAQ et du Parti libéral où les candidats sont désignés par le chef sans que les membres du parti n’aient leur mot à dire. De plus, seul QS atteindra pour une cinquième élection consécutive la parité masculine-féminine parmi ses candidat.e.s.

Il s’est également tenu de nombreuses assemblées générales au niveau des circonscriptions au cours des derniers mois. On peut donc estimer qu’en additionnant ces trois types de réunions (grands rassemblements, assemblées de mises en candidature, assemblées générales) on atteint un total de quelque 9 000 participants; ce qu’aucun autre parti n’a réussi à faire.

Paul Cliche, membre de Québec solidaire,
Montréal, 14 juillet 2018

Publicités
Publié dans Politique, PQ ou le Néo Libéraliste, Québec solidaire | Laisser un commentaire

Le Hamas fait une offre de paix : Israël bloque son compte Twitter

Une preuve de plus qu’Israël ne veut pas la paix !

Le Hamas fait une offre de paix : Israël bloque son compte Twitter

10 juillet 2018

Israël vient de bloquer le compte Twitter du porte-parole du Hamas, Moussa Abou Marzouq, rapporte mardi le quotidien Haaretz.

Non pas pour des propos incendiaires, dont le public israélien est par ailleurs abreuvé à longueur de journée et en toute quiétude par des dizaines de politiciens d’extrême-droite de la majorité juive.

Non, ce qui a été jugé insupportable par la direction israélienne, c’est que Moussa Abou Marzak vient de réitérer dans son tweet les propositions de compromis, déjà plusieurs fois formulées par le Hamas, mais régulièrement passées sous silence, dans les merdias occidentaux en particulier.

A savoir, que le Hamas est d’accord pour l’établissement d’un Etat palestinien limité aux territoires occupés par Israël en 1967, c’est-à-dire à Gaza et en Cisjordanie, Jérusalem-Est comprise.

Moussa Abou Marzouq se prononçait également dans son tweet, révélé par le journaliste israélien Gal Berger avant la suppression du compte par les autorités, pour la réconciliation entre partis palestiniens, et bien entendu la fin de l’occupation et la levée du siège de la bande de Gaza.

En réalité, et cela dure maintenant depuis un siècle, les dirigeants sionistes ne cherchent pas une solution mais un alibi, des prétextes pour continuer la colonisation et l’écrasement du peuple palestinien. D’où une politique permanente du mensonge, et de la censure de la partie adverse quand cela ne les arrange pas.

www.haaretz.com/opinion/.premium-a-senior-hamas-official-s-scary-tweet-1.624860

CAPJPO-EuroPalestine

INFORMATION PRISE ICI
www.europalestine.com/spip.php?article14496

Publié dans Côté international, PAJU, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

En Ukraine, Israël arme des Nazis (photos)

Bien des questions à ce sur ce gouvernement israélien

(Un néo-nazi ukrainien et son fusil israélien modèle « Tavor »)

En Ukraine, Israël arme des Nazis (photos)

9 juillet 2018

Des citoyens israéliens indignés demandent l’arrêt des exportations d’armes à destination de l’Ukraine, où elles sont fièrement brandies par des troupes se réclamant du nazisme !

Rien de neuf sous les nuages ? Certes, depuis sa création il y a 70 ans, l’Etat d’Israël a fondé une part essentielle de son économie sur les industries de guerre, sans chercher à savoir si ses clients étrangers étaient plus féroces, ou moins, qu’il ne l’est lui-même avec le peuple palestinien.

La liste des collaborations militaires d’Israël avec les dictatures les plus sanguinaires de la planète est en effet interminable : rappelons, entre autres, l’alliance avec l’Afrique du Sud de l’apartheid, la liquidation au pistolet-mitrailleur israélien Uzi de plusieurs milliers de juifs argentins, nombreux parmi les opposants à la dictature militaire dans les années 1976-82, ou encore les ventes à l’armée birmane en plein nettoyage ethnique de la minorité Rohynga.

Les millions de Palestiniens vivant sous la botte de l’occupation constituent d’autre part une « matière première » de choix permettant aux marchands de mort d’expérimenter sur cibles vivantes leurs dernières trouvailles technologiques. Le slogan publicitaire « Testé en conditions réelles » constitue d’ailleurs l’argument de vente privilégié des firmes israéliennes dans les foires aux armes, comme ce fut le cas à Eurosatory (Paris) le mois dernier par exemple.

Avec l’Ukraine, Israël franchit un nouveau cap dans l’ignominie : car les fusils israéliens Tavor, fabriqués sous licence dans le pays, équipent bel et bien des gens revendiquant ouvertement « l’héritage » d’Adolf Hitler et de ses collaborateurs locaux qui avaient largement contribué à l’extermination de plus d’un million de juifs entre 1941 et 1944.

C’est le cas, en particulier, des hommes du « bataillon Azov », une milice de mercenaires engagée dans le combat contre les régions séparatistes russophones dans l’est du pays, depuis 2014, où elle s’est fait connaître pour ses multiples exactions (viols, torture, exécutions sommaires …) Le bataillon Azov, qui est aujourd’hui pleinement intégré dans la garde nationale ukrainienne, a pour marque de fabrique une xénophobie débridée, la promotion de la « suprématie de l’homme blanc », et un antisémitisme à toute épreuve.

(le logo de la tristement célèbre division Das Reich)

Ce n’est pas pour rien qu’il a pris pour symbole celui de la division SS Das Reich, coupable de milliers de massacres, principalement en Europe de l’Est (Ukraine comprise), mais aussi en France (Tulle, Oradour-sur-Glane) vers la fin de la Deuxième Guerre Mondiale.

« Les membres du bataillon se font entre eux le salut nazi, ils arborent aussi des croix gammées et autres insignes SS. Une partie d’entre eux reconnaissent volontiers leurs sympathies pour le national-socialisme et nient la réalité du génocide des juifs. L’un d’entre eux, dans une interview, a déclaré qu’il se battait contre la Russie parce que Poutine est lui-même juif », rapporte le quotidien israélien Haaretz.

Le fondateur de la milice, Andriy Biletsky est aujourd’hui député au parlement ukrainien. « Nous livrons la bataille finale pour la survie de la race blanche, une marche contre les sous-hommes dirigés par la race sémitique », a notamment déclaré ce brave homme, toujours cité dans le Haaretz.

(Azov-Otan, même combat ! Qu’en dit BHL ?)

Sans surprise, le développement du bataillon Azov, qui compterait aujourd’hui 3.000 engagés, s’est accompagné d’une multiplication des incidents anti-juifs et plus généralement des attaques contre d’autres groupes minoritaires, Roms et homosexuels notamment.

Au mois de mai, ces nervis ont défilé sans problème dans la ville portuaire d’Odessa, haut-lieu du génocide, en hurlant que la ville appartenait aux Ukrainiens, et qu’ils ne tarderaient pas à s’occuper des juifs. Le mois dernier, c’est le procureur général de l’armée, Anatoli Matios, qui a accusé « les juifs » de vouloir « noyer les Slaves dans le sang ».

Les dirigeants israéliens savent tout cela, bien entendu. Mais cela ne les empêche ni de vendre leurs armes, ni d’entretenir des relations carrément cordiales avec leurs homologues nazis. En décembre 2016, une délégation parlementaire israélienne a ainsi rencontré le parrain du groupe Azov, Arsen Avakov,

(le député israélien David Amsellem, main dans la main avec le parrain d’Azov)

Et il n’y a pas que les armes « légères » (les fusils Tavor, Neguev et Galil fabriqués sous licence) dans le deal : le fabricant de missiles Elbit Systems investit en Ukraine, tandis qu’un contrat est en discussion pour la modernisation, par Israël, des forces aériennes du pays.

Des instructeurs israéliens enseignent à l’école militaire de Dniepropetrovsk, dont une partie des élèves sortent des rangs de la milice Azov, et, selon certaines sources, des soldats (ou anciens soldats) de l’armée israélienne participeraient même aux combats à leurs côtés dans l’est du pays.

www.haaretz.com/misc/article-print-page/rights-groups-demand-israel-stop-arming-neo-nazis-in-the-ukraine-1.6248727

CAPJPO-EuroPalestine

INFORMATION PRISE ICI
www.europalestine.com/spip.php?article14493

Publié dans Côté international, PAJU, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

Achevons le charbon, pas la planète!

J’ai signé et vous?

Achevons le charbon, pas la planète!

Publié le 27 Juin 2018

Avec Donald Trump aux commandes, le changement climatique est hors de contrôle — mais aujourd’hui, nous pouvons faire de son pire cauchemar une réalité en annulant les contrats d’assurance du charbon!

Trump adore ces centrales à charbon qui menacent la vie sur Terre, mais c’est un secteur qui ne peut survivre sans assurances. De grandes compagnies commencent à abandonner le charbon à cause de la pression du public — et nous pouvons amener Munich RE, un autre GÉANT des assurances, à suivre le mouvement.

Cela mettrait tout le secteur en état d’alerte! Munich RE est en train de prendre sa décision en ce moment même. Dans quelques jours, ses dirigeants se rendent en Allemagne pour rencontrer leurs plus gros clients lors d’un forum professionnel. Accueillons-les avec un million de signatures, et remettons notre appel avec des panneaux publicitaires géants et des encarts dans les médias — pour que la lubie de Trump pour le charbon ne détruise pas notre climat!

Signez la pétition

À l’attention du Dr. Joachim Wenning, PDG de Munich RE et de tous les autres directeurs de compagnies d’assurance:

Nous vous demandons de cesser d’assurer et d’investir dans le charbon et les sables bitumineux. Ce sont les pires sources d’énergies en termes de changement climatique et ils représentent une grave menace pour l’avenir de notre planète et de nos enfants — comme pour le secteur des assurances.

POUR SIGNER LA PÉTITION
https://secure.avaaz.org/fr/trump_coal_insurance_rb/

Publié dans À travers la Société, Environnement, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

Ce mardi 10 juillet 2018 j’était au Cinéma sous les étoiles

Voir les photos suite à mon texte.

Des nouvelles de Funambules Média

Ce mardi 10 juillet 2018 j’était au Cinéma sous les étoiles

Par Sergio de Rosemont

Ce mardi 10 juillet 2018 j’était au Cinéma sous les étoiles dans le Parc Pélican au coin de la 1e Avenue et de la rue Masson

Le film en présentation était « Bras de fer »

Descriptif du film :

Un jeune couple de Limoilou à Québec font un combat de David contre Goliath, le port de Québec et ses entreprises laissent s’échapper une poussière rouge contenant des métaux lourds sur Limoilou.

Suite à la projection, il y avait une discussion sur le sujet du film.

L’ambiance était agréable.

Je tiens à féliciter l’équipe de Funambules Média pour leur bon travail.

En terminant j’aimerais vous inviter à la projection Cinéma sous les étoiles dans le Parc Pélican de mardi le 17 juillet 2018 où le film sera « Une terre sans frontières » : Récit de voyage de Nir Baram, un écrivain israélien qui parcourt les territoires occupés pour évaluer la possibilité des « deux États pour deux peuples ». Au fil de ses rencontres, ses espoirs pour une solution pacifique au conflit israélo-palestinien vacillent.

Suite à ce film il y aura discussion avec Bruce Katz co-président de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU), et l’équipe du PAJU sera aussi sur place.

SITE DU PAJU MONTRÉAL
www.pajumontreal.org/

SUR FACEBOOK : Les AmiEs du PAJU
www.facebook.com/groups/1690522170992468

«»—————————«»

POUR PLUS D’INFORMATIONS :

cinemasouslesetoiles.org

info@funambulesmedia.org

«»—————————«»

P.S: Vu que pour l’instant je met mes photos sur Facebook et vu que Facebook aime bien à l’occasion changer l’adresse URL des photos, en cas où qu’un tel changement surviendrait à mes photos voici l’adresse de mon article en version Facebook :
www.facebook.com/serge.rosemont.7/media_set?set=a.246482869414

AGRANDIR

Voilà on prépare l’écran.

AGRANDIR

La soirée de projection commence.

AGRANDIR

Le film en présentation était « Bras de fer »

Descriptif du film :

Un jeune couple de Limoilou à Québec font un combat de David contre Goliath, le port de Québec et ses entreprises laissent s’échapper une poussière rouge contenant des métaux lourds sur Limoilou.

AGRANDIR

J’aimerais vous inviter à la projection Cinéma sous les étoiles dans le Parc Pélican de mardi le 17 juillet 2018 où le film sera « Une terre sans frontières » : Récit de voyage de Nir Baram, un écrivain israélien qui parcourt les territoires occupés pour évaluer la possibilité des « deux États pour deux peuples ». Au fil de ses rencontres, ses espoirs pour une solution pacifique au conflit israélo-palestinien vacillent.

Suite à ce film il y aura discussion avec Bruce Katz co-président de Palestiniens et Juifs Unis (PAJU), et l’équipe du PAJU sera aussi sur place.

Publié dans À travers la Société, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

BDS : Israel refoule une opposante juive américaine…

À LIRE ! :

BDS : Israel refoule une opposante juive américaine…

3 juillet 2018

Ariel Gold, militante de l’association Codepink aux USA, vient d’être interdite d’entrée en Israel en raison de « son militantisme pro-BDS » dans son pays. Encore une preuve, s’il en fallait, que de nombreux Juifs dans le monde ne soutiennent pas la politique israélienne !

Bien qu’elle ait reçu un visa de l’ambassade d’Israel aux USA pour voyager, Ariel Gold, militante de Codepink vient d’être bloquée puis refoulée à l’aéroport de Tel Aviv.

Son association ne se cache absolument pas de promouvoir la campagne BDS tant que dure l’occupation et la colonisation israéliennes.

Qu’il s’agisse des cosmétiques AHAVA, de faire quitter les colonies à AirBnb ou à RE/MAX ou encore de la campagne contre HP (Hewlett Packard) qui participe à la persécution des Palestiniens, Codepink annonce la « couleur », et montre que de nombreux Juifs américains contestent activement l’apartheid israélien et tous ceux qui l’encouragent.

CAOJPO-EuroPalestine

INFORMATION PRISE ICI
www.europalestine.com/spip.php?article14469w

Publié dans Côté international, PAJU, Politique, Soutien | Laisser un commentaire

Aucun soin médical pour les blessés : navire attaqué

Je partage à titre d’information

Aucun soin médical pour les blessés : navire attaqué

Date de publication : 2018-07-06

Les organisateurs du voyage le comité Break the Siege, ont déclaré à Al Jazeera que le bateau capturé s’était rendu jusqu’à 14 miles nautiques (26 km) lorsque les forces israéliennes ont commencé à tirer. « Nous sommes entourés de navires de guerre israéliens à gauche, à droite, à l’avant et à l’arrière, nous sommes coincés au milieu », a déclaré un activiste de la flottille aux journalistes. Bien que des centaines de personnes aient arraisonné, que plus de 30 bateaux de pêche aient été en l’appui au navire principal, ils n’ont pas franchi la limite permise de 11 km, a déclaré à Al Jazeera Ramadan al-Hayek, l’un des organisateurs du voyage. Les forces navales israéliennes ont intercepté un navire palestinien après qu’il ait quitté les côtes de la bande de Gaza assiégée.

Le bateau, transportant des patients, des étudiants et des personnes blessées lors de récentes manifestations, a été transféré au port israélien d’Ashdod, selon les autorités israéliennes. Les 17 personnes à bord, tentant pour la première fois depuis plus de dix ans de briser le siège imposé par Israël, étaient parties avec l’intention d’atteindre Limassol, une ville côtière du sud de Chypre.

Le bateau intercepté avait traversé 14 milles marins (26 km) avant que les quatre navires de guerre israéliens ne l’attaquent. Le comité a perdu le contact avec ceux qui étaient à bord peu de temps après. Les passagers avaient un passeport valide, les blessés ayant pris avant de quitter le port de Gaza les dispositions nécessaires pour recevoir un traitement médical en Turquie. Selon al-Hayek, 17 personnes ont été arrêtées par les forces israéliennes à Ashdod. Les membres du Comité ont indiqué qu’ils travaillaient avec des agences internationales, notamment Human Rights Watch et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), pour assurer le bien-être des passagers du bateau et tenir Israël responsable de leur sécurité. Al-Hayek a également déclaré que le comité allait bientôt annoncer le lancement d’un second bateau en réponse aux actions d’Israël.

L’armée israélienne a blâmé le Hamas, le parti qui gouverne Gaza, pour la « violation » de l’espace naval permis. Dans une série de messages sur Twitter, elle a déclaré que les Palestiniens seraient renvoyés à Gaza et a averti que le mouvement ne ferait que « nuire » aux résidents de Gaza. Elle a également déclaré qu’Israël continuerait à faire respecter le blocus.

Adapté de www.aljazeera.com/news/2018/05/israel-intercepts-g

INFORMATION PRISE ICI
www.pajumontreal.org/paju_fr/?/-PAJU-No-908-8-juillet

 

Publié dans Côté international, PAJU, Politique, Soutien | Laisser un commentaire